Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 16:52

Il y a un truc pour lequel les chinois sont de loin les champions du monde, c’est la paperasserie et les trucs administratifs. A côté de la France, il y a un monde. Certains diront que cette administration est inflexible et incapable de s’adapter. A cela, je réponds “oui”, probablement, mais en fait elle n’en a pas besoin. Depuis que je suis en Chine en tant qu’étranger, tous les services qui me sont rendus tournent autour de 3 ou 4 documents différent : passeport, attestation de résidence temporaire, photocopie de la carte d’identité de mon proprio et son certificat de propriété.

En France, et en tant que Français, le nombre de documents est… risible. Enfin, là n’est pas la question. Bref, pour les besoins d’un visa, je passe une visite médical dans le service de santé dédié à l’immigration. Après le remplissage d’un petit questionnaire de santé banal (je ne me rappelais plus de quand datais ma dernière lepre, etais-ce avant ou après ma malaria ?), tout s’accélère...

Au vestiaire, on nous demande de quitter le haut, et de’enfiler un peignoire. Le parcours commence par la salle 109. A peine entré, on me demande d’aller me placer devant une cible. J’en déduis que c’est une radio des poumons. A peine placé qu’une aide soignante me dit : “111”. J’en déduis que c’est déjà shooté et que je dois me rendre dans la salle suivante.

Viiiiite, faut pas trainer. Une infirmière m’attend devant un fauteuil avec de larges accoudoirs. Aie, c’est la prise de sang. “Now relax, finish”, “Press strong, 112”. Je cours tout en tenant mon pansemant, et en empêchant mon peignoir de s’ouvrir. Ah ! Un vieux monsieur… “Please”, en indiquant de la main, un lit. Deux secondes plus tard, il me vide sur le ventre un tube de vaseline, tiens une echo ? “Clean !” Avec du papier pas absorbant pour un sous, me voilà avec les poils collés sur le ventre.

J’attends en trotinnant sur place, que le viellard me donne le numéro de ma prochaine épreuve, “102”. Quoi on revient en arrière ? C’est parti pour un tour du batiment gratos, comme dans l’émission. Il y a qu’une seule chose dont j’aie vraiment peur, c’est les migales !

Allez hop, c’est une vielle cette fois. ECG d’après les instruments, mais son matos date de la dernière guerre : coton imbibé d’eau salée, électrodes avec des poires à ventouser et pinces métalliques autour du molet. Manquait plus qu’a mettre le gros disjoncteur sur “On” et attendre la foudre.

Aller, encore une épreuve, celle de la tension et du palpage, une routine à côté des autres. Retour au point de départ et enfilage du haut. Voici donc le résumé des épisodes : en 30 min chrono, radio des poumons, prise de sang, echo des viscères, ECG, tests occuaires, tension, poids, taille...

C’est le truc qui m’a pris 3 semaines en france à organiser et à passer, et qu’au final le medecin hospitalier n’a pas voulu valider parce que je n’avais pas fait les vaccins contre les maladies tropicales (qui ne sont pas nécéssaires pour entrer en chine). Quel gaspillage d’argent publique !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pakou
commenter cet article

commentaires